Actualité & Articles
Locarno 2015: toute la couverture

Locarno 2015: Une question de premières

Rédigé par |

«Première internationale», dit la voix de la Piazza Grande, le soir du 2 août 2006. C'était la première édition du Festival de Locarno à laquelle votre serviteur a assisté en tant que jeune cinéphile. Le film d'ouverture, annoncé par cette voix imposante, était Miami Vice de Michael Mann, sorti aux Etats-Unis la semaine d'avant. Un an plus tard, on pouvait entendre «Première européenne» pour un film tel que La Vengeance dans la peau de Paul Greengrass. «Première mondiale» était toujours réservé aux films européens. Jusqu'à cette année.

Le soir de mercredi 5 août, le public de Locarno découvrira sur l'écran de la Piazza le nouveau fim de Jonathan Demme, Ricki and the Flash, avec Meryl Streep (sortie prévue en Suisse romande le 2 septembre). Le film sortira dans les salles américaines deux jours plus tard, le 7 août. Ce qui veut dire, une fois n'est pas coutume (pour l'instant), qu'une production majeure venant des USA a le droit d'être montré au public pour la toute première fois dans le cadre du festival tessinois. Une nouveauté importante, qui renforce le statut de Locarno parmi les festivals majeurs en Europe, car avant les films américains, ou en tout cas ceux produits par les grands studios, devaient être, au moins, des premières internationales.

Et cela n'est pas tout. Même si la célèbre voix n'intervient pas pour introduire les films des autres sections, on voit que la compétition internationale a réussi à attirer plusieurs cinéastes incontournables: Chantal Akerman, Hong Sang-soo, Otar Iosseliani et surtout Andrzej Zulawski, qui signe son premier film depuis 2000. Un retour inattendu qu'on aurait pu imaginer à Cannes, Venise ou Berlin. Il a choisi Locarno, tout comme ses collègues sus-mentionnés et d'autres tels qu'Athina Rachel Tsangari (à Venise avec Attenberg en 2010) et Alex van Warmerdam (à Cannes avec Borgman en 2013). Une séléction tout à fait enviable pour celui que le président Marco Solari aime définir soit comme «Le plus petit des grands festivals ou le plus grand des petits». Une croissance qui, on l'espère, continuera lors des prochaines éditions.

Dans le même sujet...

Locarno 2015: Panorama Suisse

Posté par |

Découvrez du 6 au 15 août des films suisses actuels au 68ème Festival del film Locarno. Y seront présentés des films ayant été des succès dans d’autres festivals, les favoris du public tout comme des films pas encore sortis en salles.

Locarno 2015: Rétrospective Sam Peckinpah

Posté par |

Cette année, le festival tessinois consacre sa rétrospective au grand réalisateur américain, avec un portrait le plus complet possible d'un des grands auteurs du cinéma et de la télévision.

Locarno 2015: Andy Garcia rencontre le public

Posté par |

L'acteur était convié par le Festival de Locarno pour un prix d'excellence à vie. Actuellement, il travaille sur un projet consacré à Hemingway, snobe la télévision et pense souvent à sa terre natale, "son" Cuba: «Tant qu'il y la famille Castro au pouvoir, je ne reviendrai pas.»

Locarno 2015: Michael Cimino rencontre le public

Posté par |

Le réalisateur, scénariste et producteur lauréat d'un Oscar, auteur de chefs-d'œuvre tels que "The Deer Hunte"r (1978) et "Heaven's Gate" (1980), est arrivé au Festival du film de Locarno pour y recevoir le Léopard d'honneur. En attente d'un nouveau film depuis vingt ans, il précise: «Je préparais un parfait remake pour Clint Eastwood, mais il a dit non.»

Locarno 2015: "Entertainment" de Rick Alverson

Posté par |

La prestation de Turkington dans Entertainment est indéniablement forte mais pour les spectateurs européens, qui ne sont pas familiers avec Neil Hamburger, cet anti-comique, il est difficile de rentrer dans le film qui s'étiole et aurait pu aisément être amputé d'une demi-heure.

Locarno 2015: "Heimatland"

Posté par |

"Heimatland" bouscule, met mal à l'aise et c'est salvateur à l'heure du politiquement correct et de l'édulcoration maladive qui s'empare de plus en plus des gens qui brandissent l'étendard de la tolérance pour excuser tout et n'importe quoi, comme si l'on vivait dans un monde parfait, où chacun pourrait faire ce qu'il voudrait.