Actualité & Articles
Locarno 2015: toute la couverture

Locarno 2015: Udo Kier rencontre le public

Rédigé par |

L'acteur allemand Udo Kier est membre du jury du Festival de Locarno. Jeudi 6 août, il était en direct sur l'estrade la RSI, à l'espace Magnolia, et a participé à une émission de SRF puis a prolongé sa rencontre avec le public, distillant humour et enthousiame et se livrant avec un bonheur non dissimulé à une séance de dédicasses.

Udo Kier naît dans l'Allemagne nazie, sous les décombres d'un hôpital bombardé. A 18 ans, il part pour l'Angleterre, et prend au passage quelques cours de comédie. C'est durant cette période que le réalisateur Mike Sarne lui offre son premier rôle, celui d'un gigolo dans La Route de St. Tropez (1966). A 70 ans, il va déterminer les lauréats de cette 68ème édition du Festival international du film de Locarno. Avec lui siègent des inéastes d'Israël, du Mexique, de Corée du Sud et des Etats-Unis.
Ce jury désignera le lauréat du Léopard d'Or, la cérémonie la plus importante du festival, parmi les cinéastes qui concourent en compétition internationale.

Lors de cette rencontre avec le public, l'acteur s'est remémoré avec nostalgie l'époque oû il était la figure, longtemps chérie, de l'avant-garde, puis celle où il a été découvert dans les années 1970 par Andy Warhol et a joué dans ses parodies de films d'horreur. Il a commenté les conditions de ses débuts en Europe, en 1966 avec Road to St. Tropez. A Hollywood, il évoque avec plaisir comment il s'est rapidement fait un nom par lui-même. Entre autres choses, il a joué un rôle de soutien aux côtés de Bruce Willis dans Armageddon. En Allemagne, Kier rappelle qu'il est principalement connu par les films Werner Fassbinder Lola (1981). Ces dernières années, les jeunes générations ont pu le voir dans Soul Kitchen (2009) ou Melancholia (2011), de Lars von Trier avec qui il a été honoré de travailler, selon ses propres termes.

Lors de la diffusion en direct, devant un public acquis à sa cause, Udo Kier a égrainé les innombrables productions internationales dans lesquels il a joué et a sursauté de surprise, en faisant rire aux éclats le public, quand la voix de Carlo Chatrian, directeur artistique du Festival, pré-enregistrée lors d'un entretien, est apparue sur les ondes.
Un belle rencontre avec un acteur qui a su rester modeste malgré le succès et la notoriété.

Dans le même sujet...

Locarno 2015: Panorama Suisse

Posté par |

Découvrez du 6 au 15 août des films suisses actuels au 68ème Festival del film Locarno. Y seront présentés des films ayant été des succès dans d’autres festivals, les favoris du public tout comme des films pas encore sortis en salles.

Locarno 2015: Rétrospective Sam Peckinpah

Posté par |

Cette année, le festival tessinois consacre sa rétrospective au grand réalisateur américain, avec un portrait le plus complet possible d'un des grands auteurs du cinéma et de la télévision.

Locarno 2015: Andy Garcia rencontre le public

Posté par |

L'acteur était convié par le Festival de Locarno pour un prix d'excellence à vie. Actuellement, il travaille sur un projet consacré à Hemingway, snobe la télévision et pense souvent à sa terre natale, "son" Cuba: «Tant qu'il y la famille Castro au pouvoir, je ne reviendrai pas.»

Locarno 2015: Michael Cimino rencontre le public

Posté par |

Le réalisateur, scénariste et producteur lauréat d'un Oscar, auteur de chefs-d'œuvre tels que "The Deer Hunte"r (1978) et "Heaven's Gate" (1980), est arrivé au Festival du film de Locarno pour y recevoir le Léopard d'honneur. En attente d'un nouveau film depuis vingt ans, il précise: «Je préparais un parfait remake pour Clint Eastwood, mais il a dit non.»

Locarno 2015: "Entertainment" de Rick Alverson

Posté par |

La prestation de Turkington dans Entertainment est indéniablement forte mais pour les spectateurs européens, qui ne sont pas familiers avec Neil Hamburger, cet anti-comique, il est difficile de rentrer dans le film qui s'étiole et aurait pu aisément être amputé d'une demi-heure.

Locarno 2015: "Heimatland"

Posté par |

"Heimatland" bouscule, met mal à l'aise et c'est salvateur à l'heure du politiquement correct et de l'édulcoration maladive qui s'empare de plus en plus des gens qui brandissent l'étendard de la tolérance pour excuser tout et n'importe quoi, comme si l'on vivait dans un monde parfait, où chacun pourrait faire ce qu'il voudrait.