Actualité & Articles
Locarno 2015: toute la couverture

Locarno 2015: Portrait de Marco Bellocchio, lauréat du Léopard d'honneur

Rédigé par |

Il y a 50 ans exactement, un long métrage choquant et audacieux fit son début à Locarno, où il remporta la Voile d'argent (les prix de l'époque avaient des noms différents). C'était Les poings dans les poches, le premier long métrage de Marco Bellocchio, un des cinéastes les plus importants du cinéma italien contemporain. Le film, restauré par la Cineteca di Bologna, fait son énième retour au festival tessinois (il s'agit de la cinquième projection, la plus récente ayant eu lieu en 2007 pour le 60ème anniversaire), cette fois sur l'écran de la Piazza Grande. Cela pour rendre hommage à son réalisateur, qui reçoit le deuxième Léopard d'honneur de cette édition.

Né en 1939, Bellocchio s'impose dès le départ avec un regard rigoureux, passionné et enragé. En 2011, lorsque la Cinémathèque suisse lui rendit hommage, il affirma que le sujet de son premier film, qui parle d'une famille troublée et traite aussi le thème du matricide, était inspiré en grande partie de ses fantasmes de jeunesse. Courageux et allergique au compromis, il a souvent attiré la colère de la censure dans son pays: en 1987, Le diable au corps engendra un scandale en raison d'une scène explicite, non simulée, de fellation, alors qu'en 2002 Le sourire de ma mère fut contesté pour des usages de langage blasphème.

Ce dernier film est d'ailleurs inclus dans la petite rétrospective qui accompagne la remise du prix (suivie, bien entendu, d'une conversation avec le public). Cette oeuvre très forte, sur la religion et les relations familiales, est au programme aux côtés de Buongiorno, notte, relecture personnelle de l'enlèvement d'Aldo Moro qui remporta le prix du scénario à Venise en 2003, et Vincere, qui raconte l'histoire méconnue du premier mariage de Benito Mussolini. Trois titres incontournables pour (re)découvrir un cinéaste majeur, qu'on reverra d'ailleurs dans quelques semaines au Lido vénitien, son nouveau long métrage Sangue del mio sangue ayant été sélectionné pour la compétition de la 72ème Mostra.   

Dans le même sujet...

Locarno 2015: Panorama Suisse

Posté par |

Découvrez du 6 au 15 août des films suisses actuels au 68ème Festival del film Locarno. Y seront présentés des films ayant été des succès dans d’autres festivals, les favoris du public tout comme des films pas encore sortis en salles.

Locarno 2015: Rétrospective Sam Peckinpah

Posté par |

Cette année, le festival tessinois consacre sa rétrospective au grand réalisateur américain, avec un portrait le plus complet possible d'un des grands auteurs du cinéma et de la télévision.

Locarno 2015: Andy Garcia rencontre le public

Posté par |

L'acteur était convié par le Festival de Locarno pour un prix d'excellence à vie. Actuellement, il travaille sur un projet consacré à Hemingway, snobe la télévision et pense souvent à sa terre natale, "son" Cuba: «Tant qu'il y la famille Castro au pouvoir, je ne reviendrai pas.»

Locarno 2015: Michael Cimino rencontre le public

Posté par |

Le réalisateur, scénariste et producteur lauréat d'un Oscar, auteur de chefs-d'œuvre tels que "The Deer Hunte"r (1978) et "Heaven's Gate" (1980), est arrivé au Festival du film de Locarno pour y recevoir le Léopard d'honneur. En attente d'un nouveau film depuis vingt ans, il précise: «Je préparais un parfait remake pour Clint Eastwood, mais il a dit non.»

Locarno 2015: "Entertainment" de Rick Alverson

Posté par |

La prestation de Turkington dans Entertainment est indéniablement forte mais pour les spectateurs européens, qui ne sont pas familiers avec Neil Hamburger, cet anti-comique, il est difficile de rentrer dans le film qui s'étiole et aurait pu aisément être amputé d'une demi-heure.

Locarno 2015: "Heimatland"

Posté par |

"Heimatland" bouscule, met mal à l'aise et c'est salvateur à l'heure du politiquement correct et de l'édulcoration maladive qui s'empare de plus en plus des gens qui brandissent l'étendard de la tolérance pour excuser tout et n'importe quoi, comme si l'on vivait dans un monde parfait, où chacun pourrait faire ce qu'il voudrait.