Actualité & Articles
Festival de Zurich 2017: au programme

Festival de Zürich 2017: Pop Aye

Rédigé par |

« The city takes you in as quick as spits you out », met en garde le héros de Pop Aye, lors d’une discussion de fortune avec le chauffeur de camionnette qui l’a pris en stop, lui et son éléphant. Pop Aye (surnom qui lui vient bien du célèbre héros à la pipe et à la marinière) est un pachyderme, précisément le nouvel animal de compagnie de Thana, architecte de Bangkok à la carrière périclitante et la vie amoureuse non moins palpitante. Le jour où celui-ci aperçoit un homme promener un majestueux éléphant dans les rues de Bangkok, Thana n’a qu’une idée en tête : racheter l’éléphant qu’il est certain d’avoir possédé enfant. Evidemment, sa femme ne voit pas d’un bon oeil l’arrivée de ce nouveau compagnon. Thana et Pop Aye s’engagent alors sur les routes, dans un voyage vers la ferme où tous deux ont vécu les premières années de leur vie.

Ce métrage venu de Singapour est un conte classique narrant la « midlife crisis » d’un homme qui revisite son enfance pour trouver un sens à sa vie, construite autour d’un consumérisme abrutissant. L’éléphant est alors un moyen comme un autre – d’autres opteront pour une belle voiture – de se reconnecter avec soi-même et avec ses proches. Ce couple étrange que forment l’homme et l’animal est tendre et amusant. La cinéaste Kirsten Tan, dont c'est le premier long métrage, parvient à éviter le surplus de bons sentiments tout au long de ce road trip fait de rencontres saugrenues. Il est appréciable que les quelques flash backs qui nous font découvrir Thana enfant et sa découverte du pachyderme n’envahissent pas le récit, laissant une grande liberté à notre imagination pour remplir les blancs restants. Un voyage intérieur poétique dans les yeux d’un éléphant (prestation à saluer au passage), qui procure un agréable sentiment d’apaisement. Sensation assez rare dans cette compétition pour l’Oeil d’or !

Dans le même sujet...

Festival de Zürich 2017: Pororoca de Constantin Popescu

Posté par |

Une rapide recherche internet nous met sur la piste de la signification du mystérieux titre du troisième film écrit et réalisé par Constantin Popescu, "La Pororoca": c’est le nom légendaire d’une vague dévastatrice de six mètres de haut qui naît sur le fleuve Amazone, au moment de l’équinoxe de printemps.

Festival de Zürich 2017: Jusqu'à la garde

Posté par |

Fraîchement détenteur de deux prix à la Mostra de Venise – Lion d’argent de la mise en scène et Prix de la Première œuvre –, Jusqu’à la garde est un drame familial haletant réalisé par Xavier Legrand et sélectionné pour la compétition pour l’Oeil d’or.

Palmarès du 13ème Zurich Film Festival

Posté par |

Les jurys des trois compétitions du 13ème Zurich Film Festival décernent leur Œil d’or à "Pop Aye" de la réalisatrice Kirsten Tan, "Machines" de Rahul Jain et "Blue my Mind" signé Lisa Brühlmann.

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir La Promesse de l'Aube

Participer

CONCOURS Gagnez un DVD ou un Bluray de Atomic Blonde

Participer