Actualité & Articles

NIFFF 2018: Films of the Third Kind

Rédigé par |

La sélection Films of the Third Kind est définie de cette manière dans le dossier de presse du Festival: «Les liaisons entre fantastique et thriller à travers les avant-premières les plus attendues de la saison.» En réalité cette section historique du NIFFF, dont le nom rend hommage au meilleur film de science-fiction réalisé par Steven Spielberg, Rencontres du troisième type permet de découvrir des longs métrages variés ne répondant à aucun critère précis et souvent riches de surprises qui sortent des sentiers battus, soit dans leur forme, soit dans leur fond, voire, quand le miracle intervient, dans les deux, et en parfaite harmonie.

Ammore e malavita de Marco et Antonio Manetti
Italie 2017, 133’, 14 ans
Avec Claudia Gerini, Carlo Buccirosso et Giampaolo Morelli

Don Vincenzo, un mafieux fatigué de mener une vie de truand, décide de disparaître en se faisant passer pour mort. Le plan d’action avisé par sa femme échoue lorsque le secret est découvert par Fatima, une jeune infirmière. Les conséquences vont dynamiser l’univers de la mafia napolitaine… en chansons!





Carnivores de Yannick et Jérémie Rénier
France, Belgique, 2018, 87’, 16 ans
Avec Leïla Bekhti, Zita Hanrot et bastien Bouillon

Comédienne peinant à percer, Mona devient l’assistante de sa soeur Sam, actrice de renom à qui tout réussit. Emménageant chez sa cadette, la jeune femme y voit alors l’occasion de s’emparer du rêve qu’on lui refuse. Les frères Jérémie et Yannick Rénier passent à la réalisation avec une relecture élégante du mythe de Caïn et Abel, inspirée de leur propre expérience du métier d’acteur.



Cornélius, le meunier hurlant de Yann Le Quellec
France, 2017, 105’, 14 ans
Avec Bonaventure Gacon, Anaïs Demoustier et Gustave Kervern

Un mystérieux personnage s’installe dans un paisible village de montagne dont il retape le vieux moulin. Si la qualité de son pain a tôt fait de séduire les villageois, sa façon de hurler à la lune ne facilite pas son intégration. Pour son premier long métrage, Yann Le Quellec adapte le roman de l’écrivain finlandais Arto Paasilinna et agrémente le mythe du loup-garou de folie burlesque.



Hotel Artemis de Drew Pearce
Etats-Unis, 2018, 94’, 16 ans
Avec Jodie Foster, Jeff Goldblum et Sofia Boutella

Los Angeles, dans un futur proche, une infirmière gère un hôpital clandestin réservé aux criminels de la ville. Lorsqu’elle découvre que l’un des patients s’est fait interner pour en assassiner un autre, elle doit agir pour désarmer la situation. 








I Kill Giants
d’Anders Walter
Belgique, Grande-Bretagne, Etats-Unis, 2017, 104’, 14 ans
Avec Madison Wolfe, Zoe Saldana et Imogen Poots

Dans une bourgade du New Jersey, Barbara pose des pièges à géants. Cette adolescente marginale, harcelée à l’école et fan de Donjons et Dragons, se prépare à l’inéluctable affrontement avec ces créatures mythiques.  Adapté du roman graphique de Joe Kelly, I Kill the Giants est le premier long métrage d’Anders Walter oscarisé en 2014 pour son court métrage Helium.





La Femme la plus assassinée du monde de Franck Ribière
Belgique, Grande-Bretagne, Etats-Unis, 2018, 102’, 16 ans
Avec Anna Mouglalis, Niels Schneider et Eric Godon

Dans le Montmartre des années 1930, Paula est la vedette du Grand Guignol, un théâtre spécialisé dans l’horreur où l’on découpe, torture et fait gicler du sang pour raconter des faits divers macabres. Tandis que Paula est écartelée, empoisonnée ou pendue, Paris voit les ligues fascistes se déployer et un tueur rôder.





Mary Shelley de Haifaa Al-Mansour
Grande-Bretagne, Irlande, Luxembourg, Etats-Unis, 2017, 120’, 16 ans
Avec Elle Fanning, Douglas Booth et Bel Powley

En 1816, Mary Shelley est invitée à passer l’été sur les rives du lac Léman- Lors d’un concours organisé par l’hôte des lieux, Lord Byron, un violent orage lui inspire la trame de Frankenstein, chef-d’oeuvre gothique qui va opérer un tournant littéraire et marquer à jamais la culture populaire avec un grand coup de pied dans le conservatisme ambiant.






Monster Hunt 2 de Rama Hui
Hong-Kong, Chine, 2018, 110’, 12 ans
Avec Tony Leung Chiu-wai, Bai Baihe et Boran Jing

Wuba, petite créature aux allures de radis blanc à grands yeux, est né de parents humains. Serait-il celui qui saura réconcilier le monde des monstres et celui des hommes? Parti à l’aventure, il se retrouve bientôt avec tout le royaume à ses trousses.





Mutafukaz de Guillaume «Run» Renard et Nishimi Shōjirō
France, Japon, 2017, 90’, 16 ans
Dessin animé avec les voix d’Orelsan, Gringe et Redouanne Harjane

Dark Meat City. Suite à un accident, un livreur de pizzas est pris de visions et se retrouve mêlé à une sombre affaire criminelle. L’univers crasseux de l’univers de Run prend vie dans cette adaptation qu’il consigne avec Nishimi Shōjirō (collaborateur sur Akira et Batman Gotham Knight) où s’entrechoque les références au manga, au hip-hop, à la SF, au catch et à GTA.



Number 37 de Nosipho Dumisa
Afrique du Sud, 2018, 90’, 16 ans
Avec Irshaad Ally, Monique Rockman et Ephraim Gordon

Paraplégique depuis peu, Randal vit contré dans son appartement et passe ses journées à épier ses voisin avec ses jumelles. Un jour, un célèbre gangster commet un crime sous sa fenêtre. Le faire chanter permettrait à Randal de régler ses dettes auprès d’un prêteur véreux.






The Man With the Magic Box
de Bodo Kox
Pologne, Italie, 2017, 105’, 16 ans
Avec Olga Boladz, Piotr Polak et Sebastian Stankiewicz

Alors qu’un clic permet de tout oublier grâce à un gadget à la Men in Black, la nonchalante Gloria se lance à la recherche d’Adam, justement amnésique, qui voyage dans le passé à l’aide d’une radio vintage.








The Real Estate
de Måns Månsson et Axel Petersén
Suède, Grande-Bretagne, 2018, 88’, 14 ans
Avec Eléonore Ekstrand, Christer Lavin et Christian Saldert

A la mort de son père, Nojet, soixante-huit ans, hérite d’un immeuble au centre de Stockholm. Hélas, elle découvre que celui-ci tombe en ruine. La plupart des appartements sont d’ailleurs occupés sans la moindre trace de contrat légal. Il faut vendre, et vite, avant que les habitants puissent s’organiser.





Woman at War de Benedikt Erlingsson
Islande, Ukraine, France, 2018, 101’, 16 ans
Avec Halldóra Geirharðsdóttir, Jóhann Sigurðarson, Juan Camillo Roman Estrada

Une cinquantenaire implacable sabote des ligne électrique à haute tension à laide d’un arc et de flèches. Halla, directrice de chorale, est secrètement engagée contre une multinationale qui saccage les terres sauvages islandaises. Mais son action est mise à l’épreuve car, après quatre ans d’attente,, elle reçoit une réponse favorable à sa demande d’adoption venue d’Ukraine.



Profile de Timur Bekmambetov
Etats-Unis, Grande-Bretagne, Chypre, Russie, 2018 105’, 16 an
Avec Valena Kane, Shazad Latif et Christine Adams

Pour un reportage sur le recrutement de l’Etat islamique, Amy se crée un faux compte Facebook et entre en contact avec Bilel, un djihadistes basé en Syrie. Happée par cet homme charismatique, la journaliste perd bientôt le contrôle de la situation.

CONCOURS Gagnez un set de goodies du film et 2 places

Participer

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir le film

Participer