Les
dernières
critiques

 

Lucky

Critique par |

Le comédien John Carroll Lynch ("Fargo", "Shutter Island", "Gran Torino", "Zodiac") passe derrière la caméra pour signer son premier long métrage, "Lucky", portrait drôle et touchant d’un nonagénaire athée et de son entourage dans une petite ville du sud des Etats-Unis: un écrin idéal pour le sensationnel Harry Dean Stanton.

 

Star Wars: Episode VIII - Les Derniers Jedi

Critique par |

Rian Johnson signe le huitième épisode principal de la saga créée par George Lucas, en s’appropriant la galaxie lointaine pour l’emmener dans des endroits inédits sur le plan géographique, thématique et philosophique.

 

Santa & Cie

Critique par |

Une comédie française de haut niveau qui rappelle que Chabat est l'un des plus grands dans ce domaine.

 

Coco

Critique par |

Le nouveau long métrage de Pixar aborde la culture mexicaine par le biais de la fête des morts, en explorant le sujet de la mémoire et de la famille avec intelligence, humour et sentiments forts. Un joyau pour toute la famille.

 

Seven Sisters

Critique par |

Avec What Happened to Monday? (Seven Sisters) de Tommy Wirkola signe un long métrage d’action dans un contexte d’anticipation, l’un finissant par l’emporter sur l’autre, dommage.

 

Avant la fin de l'été

Critique par |

Pour ses débuts derrière la caméra, la cinéaste suisse d’origine iranienne Maryam Goormaghtigh compose une fiction-documentaire inclassable. Le résultat est un film hybride à l’empreinte poétique non dénuée de charme et de sincérité.

 

Mise à mort du cerf sacré

Critique par |

Après "The Lobster", le cinéaste grec Yorgos Lanthimos signe son deuxième long métrage en langue anglaise, toujours avec Colin Farrell dans le rôle principal. Les mythes d’antan sont mis à jour avec des inspirations pasoliniennes, mais le résultat est agaçant dans sa recherche constante de la provocation.

 

The Square

Critique par |

Le grand cinéaste suédois s’attaque au matérialisme, à l’art et aux relations humaines avec son regard implacable et décalé.

 

Blade Runner 2049

Critique par |

Adulé comme le messie par une grande frange des cinéphiles de la génération dite "millenium", Denis Villeneuve malmène l’un des fleurons de la science-fiction pour livrer un produit intellectuel abscons qui se noie une nouvelle fois dans une philosophie "new age" des plus godiche, tout en prenant plus que son temps, et le nôtre.