Critique

Terminator: Genisys

 
Critique par |

Pour

Cinquième volet d'une saga débutée il y a trente et un an, Terminator Genisys est une surprise appréciable dès le début du générique. Il faut dire que l'on est d'emblée plongé dans cet univers apocalyptique qui nous est si familier.

Une scène d'ouverture expliquant comment John Connor (incarné ici par Jason Clarke La Planète des Singes : L'affrontement) permet de donner une dimension nouvelle à cet opus. L'idée de retrouver pour un temps l'année 1984 en offrant des scènes cultes du tout premier volet n'est pas pour déplaire. Le soin apporté permettra aux fans de la première heure de ne pas crier à l'hérésie.

Le ton est donné avec une nouvelle direction de scénario. Ici le personnage de Jay Courtney (la saga Divergente) est une aide quelque peu perdue face à Emilia Clarke alias Sarah Connor (Game of Thrones). Si dans l'oeuvre de base, l'héroïne incarnée en son temps par l'inoubliable Linda Hamilton semblait subir les événements, il n'en est absolument rien dans ces nouvelles aventures. L'histoire cohérente offre une tournure qui laissera peut-être perplexe les quelques réticents mais qui saura être appréciée à la longue néanmoins.

La grande surprise de cet opus est bien entendu Arnold Schwarzenneger alias le Terminator modèle T-800. Il faut dire que l'ancien politicien n'avait pas incarné ce célèbre personnage depuis douze ans. Sa dernière apparition en qualité de machine à tuer remonte à Terminator 3 : le Soulèvement des Machines. Autant dire que le film prend une saveur encore plus intense.

S'agissant d'une volonté des studios Skydance de poser les bases d'une nouvelle trilogie, il était important que le héros si emblématique soit de la partie. A noter que les droits complets seront en mains de James Cameron dès 2019. 

L'autre excellente surprise de ce long métrage est la présence de Robert Patrick lors d'un caméo plutôt sympa. Un rôle lui a été proposé mais des soucis de santé ont eu raison de sa non participation. Néanmoins, la technique utilisée lors du second volet Terminator 2 : Le jugement dernier, est intégrée sans problème et donne encore plus un sentiment de nostalgie.

Si l'on peut peut-être regretter un scénario un peu brouillon par moment, des effets spéciaux pas tout le temps au point et une 3D inexistante, il est vraiment agréable de se dire que ce Terminator Genisys relève le niveau décevant des deux précédents opus. A noter que deux autres suites sont prévues, qu'importe le succès de ce volet là. Un divertissement vraiment jouissif qui donne le ton à une nouvelle ère dont il serait difficile de ne pas être fan.

En savoir plus sur Minnie Equey

Dans le même sujet...

 

Terminator: Genisys

Critique par |