Critique

Good Time

 
Critique par |

Quelle nuit!

Précédé d’une bonne réputation après sa sélection en compétition au dernier Festival de Cannes, Good Time des frères Benny et Josh Safdie est un objet qui emporte la sympathie immédiatement, grâce à une situation inextricable et à des personnages qui ont eu droit à un vrai traitement scénaristique.

Le film s’ouvre dans le cabinet d’un psychologue où Nick Nikas (Benny Safdie), un jeune homme mentalement handicapé mais physiquement impressionnant, comme Lennie Small dans Des souris et des hommes, subit une batterie de tests. La séance est interrompue par l’irruption de son frère Connie (Robert Pattinson) qui emmène Nick avec lui pour un braquage sans violence. Mais la naïveté des deux frangins n’avait pas prévu que le sac contenant les billets volés était piégé par de la peinture rose très volatile. Nick finit par se faire arrêter et, très rapidement, se fait tabasser méchamment par des codétenus. Pas assez argenté pour payer une caution, Connie se rend à l’hôpital où est interné Nick et le libère. Mais la soirée est loin d’être terminée.

Les frères Safdie signe ce que l’on pourrait appeler une comédie noire. Les situations que traverse Connie semblent s’acharner sur lui comme une averse incessante. Particulièrement bien écrit, Good Time tient en haleine du début à la fin grâce une belle maîtrise du temps et de l’espace, un rythme remarquablement dosé et une interprétation très inspirée de Robert Pattinson. Fini l’époque de Twilight, le comédien fait des choix judicieux, audacieux lui permettant de peaufiner les différentes facettes de son jeu très riche. Dans le rôle de Connie, il devient une pile électrique qui n’a pas un instant de répit et doit penser à plusieurs choses en même temps, ce qui n’est pas dans sa nature.

Good Time n’oublie cependant pas de rester ancré à une réalité dans laquelle vivent les modestes, celles et ceux qui doivent souvent avoir recours au plan B ou à une échappatoire. Les réalisateurs parviennent à relancer leur film à plusieurs reprises sans que l’on ne sente l’artifice, grâce à des trouvailles s’imbriquant les unes dans les autres de manière efficace, voire agréablement surprenante.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

Dans le même sujet...

 

Good Time

Critique par |

CONCOURS Gagnez un set de goodies du film et 2 places

Participer

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir le film

Participer