Critique

Wajib - Devoir

 
Critique par |

Une journée pour apprendre à se connaître

Wajib d’Annemarie Jacir suit une journée très particulière dans la vie d’un père et son fils se découvrant au-delà du lien de sang qui les unit. Un instantané de ce que devient la société israélo-palestinienne.

Comme le veut une tradition palestinienne, Abu Shadi et son fils Shadi prennent le temps d’aller remettre en mains propres à leurs destinataires les invitations au mariage de la soeur de Shadi. Shadi est venu spécialement pour l’occasion d’Italie où il habite avec son amie, après avoir étudié l’architecture aux Etats-Unis. Abu, professeur à la retraite dont la femme a fui le pays (ce qui reste un trauma pour lui), aimerait que son fils revienne chez lui. Pour ce faire, à chaque visite où se trouve une jeune femme libre, Abu insiste sans beaucoup de tact pour que Shadi y prête attention. Les deux hommes vont faire face à leurs différences familiales, politiques et humaines.

Wajib signifie devoir. Et c’est bien à cela que l’on assiste. Abu et Shadi se sont donné le devoir de remplir leur mission, malgré les innombrables marches d’escaliers à parcourir. Et c’est particulièrement difficile pour le père qui est un gros fumeur et que son fils remet à l’ordre dès que l’occasion se présente. Cette remise d’invitation ne laisse pas beaucoup de temps au farniente et permet à la réalisatrice de dépeindre les univers de Shadi et Abu à travers les nombreux personnages qui croisent leur route ce jour là. Ce sont les conversations d’où finissent parfois par ressortir des non-dits trop longtemps tus qui nous servent à cerner les deux protagonistes principaux. On passe par tous les stades allant de la joie à la fierté en passant par l’amertume ou le regret, sans oublier un humour bien présent et propre à lui.

Avec Wajib, sa réalisatrice réussit une auscultation d’un pays qui ne cesse d’être malmené et de se chercher. La question est d’ailleurs tellement délicate qu’Annemarie Jacir ne cherche jamais à juger ses personnages: tous ont leurs qualités et leurs défauts et ceux-ci sont perçus différemment selon leur interlocuteur. Un peu lent et répétitif par moment, mais voulu par le concept de base, ce film a le mérite de bénéficier du duo Mohammad Bakri et Saleh Bakri qui tiennent l’ensemble de l’œuvre sur leurs épaules. Un moment précieux en compagnie de deux hommes humainement touchants.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagnez un set de goodies du film et 2 places

Participer