Le braquage du siècle

Critique par |

Cet immense succès argentin revient sur un hold-up audacieux qui assura à ces auteurs un statut de stars et la sympathie du peuple. Humour, action et social se marient à merveille.

 

Sweat

Critique par |

Par le biais du portrait d’une influenceuse dans le monde du fitness, Magnus von Horn radiographie subtilement nos sociétés capitalistes et libérales du paraître.

 

Sans aucun remords

Critique par |

Avec Sans aucun remords, Stefano Sollima signe un film d'action à l'efficacité redoutable et à la mise en scène virtuose.

 

Drunk

Critique par |

"Drunk". Ivre. Avec un tel titre, aussi lapidaire qu’évocateur, on aurait pu craindre le pire: une pure et simple louange de la soûlerie. Mais il n’en est rien: Thomas Vinterberg prouve une fois de plus –après, notamment, le remarquable "La Chasse"– qu’il est un cinéaste brillant.

 

Le diable n'existe pas

Critique par |

En quatre courts métrages, Mohammad Rasoulof fait un état des lieux sans concession de son pays religio-dictatorial avec le peu de moyens dont il bénéficie. Brillant.

 

Lux Æterna

Critique par |

Avec ce film qui dure moins d’une heure, Gaspar Noé qui est capable du pire comme du meilleur, signe son oeuvre la plus méchamment drôle.

 

Milla

Critique par |

Avec un sujet aussi peu original, le premier long métrage de la réalisatrice australienne Shannon Murphy aurait pu sombrer dans le pathos à tout moment. Mais il n’en est rien car il transcende régulièrement cette relation entre une malade condamnée et un marginal.

 

Le Nouvel Evangile

Critique par |

Le réalisateur suisse Milo Rau convoque tout à la fois, au sein de son "Nouvel Evangile", le documentaire et la fiction. Résultat? Une œuvre atypique, émouvante, puissante. Jésus et les migrants africains unis au XXIᵉ siècle pour un même combat: celui contre la misère.

 

Pieces of a Woman

Critique par |

Le septième long métrage du cinéaste hongrois Kornél Mundruczó est une magnifique ode à la vie qui transcende ses vicissitudes les plus mortifères.

 

Minuit dans l'univers

Critique par |

Devenu l’apanage du sentimentalisme le plus sirupeux, la science-fiction moderne s’alourdit encore d’un film défaitiste sans grand intérêt.