Film

Gravity Gravity (v.o)

Date de sortie 23.10.2013
Durée 91 minutes
Age 14/14
Pays Royaume-Uni (United Kingdom) , États-Unis (United States)
Distributeur Warner Bros. Suisse
Genre Science fiction , Thriller
Réalisateur Alfonso Cuarón
Acteur Sandra Bullock George Clooney
Scénariste Alfonso Cuarón Jonás Cuarón
Note CLAP.CH
 
4.8/5
Note du public
 
4/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

Pour sa première expédition à bord d'une navette spatiale, le docteur Ryan Stone, brillante experte en ingénierie médicale, accompagne l'astronaute chevronné Matt Kowalsky qui effectue son dernier vol avant de prendre sa retraite. Mais alors qu'il s'agit apparemment d'une banale sortie dans l'espace, une catastrophe se produit. Lorsque la navette est pulvérisée, Stone et Kowalsky se retrouvent totalement seuls, livrés à eux-mêmes dans l'univers. Le silence assourdissant autour d'eux leur indique qu'ils ont perdu tout contact avec la Terre - et la moindre chance d'être sauvés. Peu à peu, ils cèdent à la panique, d'autant plus qu'à chaque respiration, ils consomment un peu plus les quelques réserves d'oxygène qu'il leur reste. Mais c'est peut-être en s'enfonçant plus loin encore dans l'immensité terrifiante de l'espace qu'ils trouveront le moyen de rentrer sur Terre...

Interview vidéo d'Alfonso Cuaron réalisé au ZFF 2013

Alfonso Cuarón

Sandra Bullock

George Clooney

Alfonso Cuarón

Jonás Cuarón

Critiques

Laurent Scherlen | Samedi 26 octobre 2013
 
La perfection n'existe pas, dit-on. Comme toute règle, cette assertion possède son exception. Et Gravity pourrait bien être celle-ci. Car le nouveau long-métrage d'Alfonso Cuaron (réalisateur du chef d'oeuvre Children of men), est un condensé d'émotions, d'émerveillement visuel, de réflexion métaphysique et de tension insoutenable, le tout porté par un propos ontologique pronant l'importance de la vie. Programme gonflé et roboratif s'il en est, mais totalement maîtrisé de la première à la dernière image, sans que l'ennui ne pointe jamais le bout de son nez ou que le spectateur ne soit perdu en cours de route.
A travers l'histoire de deux astronautes en dérive dans l'espace (George Clooney et Sandra Bullock, cette dernière portant tout le film sur ses épaules et méritant amplement de remporter un Oscar), le réalisateur nous offre les plus belles images de l'espace que l'on ait pu voir sur un écran depuis des lustres. Frappé par des pépins à répétition pouvant d'ailleurs être perçus comme une mise à l'épreuve (divine ?), le personnage du docteur Ryan Stone, incarné par Bullock, effectuera ainsi 90 minutes durant un véritable voyage initiatique intérieur duquel dépendra rien de moins que sa survie. Ponctué de métaphores traduisant l'évolution intérieure de Stone (d'une très belle scène renvoyant à la gestation foetale jusqu'à l'ultime séquence de renaissance), le film développe ainsi un propos sur la puissance de la vie et l'intérêt (ou non) de s'y ancrer coûte que coûte.
Développant et dévoilant petit à petit l'histoire personnelle de son héroïne, le film prendra le spectateur aux tripes au moins à deux reprises: la première lors d'un service par-delà le temps, l'espace, la vie et la mort, que Bullock demandera à Clooney de lui rendre (difficile d'être plus précis sans spoiler l'intrigue), et la seconde lors de l'ultime message à l'aveugle qu'elle enverra à la Nasa. Ces deux séquences, rouleaux compresseurs émotionnels vrillant le coeur et nouant la gorge, resteront comme de très grands moments de cinéma méritant à elles seules la vision du film.
Porté en outre par un sound design à tomber et une musique viscérale de Steven Price culminant dans un final d'une puissance visuelle et thématique véritablement dantesque, Gravity constitue une bouleversante ode à la vie à la portée émotionnelle dévastatrice parvenant à faire résonner l'intime et l'universel comme on avait rarement pu le voir auparavant sur un écran de cinéma.
Gravity film de l'année ? Sans conteste, et dans les grandes largeurs.

Fabio Gramegna | Lundi 21 octobre 2013
 

Gravity est une expérience de cinéma qui se vit, plus qu’elle ne s’analyse. Difficile donc d’en parler sans tomber dans les formules banales, et surtout, dans l’abus de superlatifs. Car Gravity a quelque chose d’extraordinaire (premier superlatif). Rarement un film ne nous aura autant emportés et fait vibrer avec ses personnages.

Alors oui, l’histoire est bête comme la lune (pour le jeu de mots). Ces astronautes bloqués dans l’espace auraient très bien pu être les protagonistes du nouveau film catastrophe de Roland Emmerich (2012). En outre, certains passages peuvent parfois sembler faciles ou clichés. Cependant, les infimes réserves s'arrêtent là et sans manquer de respect à notre cher Roland, Alfonso Cuarón est un réalisateur hors norme. Ce dernier aura su apporté à son scénario – métaphore autour des thèmes de l’adversité et de la renaissance, co-écrite avec son fils Jonás – une dimension visuelle et sonore inédite.

Cuarón sait utiliser au mieux les outils cinématographiques à sa disposition. Mieux encore, il fait en sorte de pousser les limites technologiques lorsque sa vision le requiert. En résulte un long métrage tourné pour la 3D, à travers de nombreux plans-séquences, afin d’immerger au mieux le spectateur dans l’action. Loin d’être de grands défenseurs de la 3D, nous aurons cette fois-ci véritablement compris ce que le procédé peut apporter, lorsqu’il est utilisé pour de bonnes raisons. Les plans-séquences, eux aussi, ne sont pas simplement là pour faire dans la virtuosité mais permettent au spectateur de vivre chaque événement en temps réel, ou presque.  En bref, une heure et demie de pure tension. Et de pur bonheur.

N’oublions pas de noter les performances de Sandra Bullock et George Clooney qui auront réussi à donner de la consistance à leurs personnages, malgré un tournage passé dans des boîtes et décors, loin des magnifiques vues du film. Mais l’homme qui mérite une conclusion en apothéose reste tout de même Alfonso Cuarón. Après le déjà très fort Children of Men, Gravity le fait définitivement entrer dans la cours des touts grands à Hollywood. James Cameron, Ridley Scott ou David Fincher, pour citer quelques réalisateur « visuels », n’ont qu’à bien se tenir. Mais assez parlé. Gravity est une expérience de cinéma qui se vit, plus qu’elle ne s’analyse.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

xaodespinfols | 22.03.2014 11:27
 
Techniquement superbe mais le scénario bof. Beaucoup de bruit pour rien !!!!!

jjff | 01.12.2013 13:50
 
Effets saisissants en 3 D et un oscar pour l'interprétation de Sandra Bullock

tata | 05.11.2013 21:46
 
On a failli dormir d'ennui ! Sans queue ni tête, mais de belles images tout de même

Blackjack | 02.11.2013 19:34
 
Une claque en 3D, images époustouflantes et magnifique jeu d'actrice de Sandra Bullock. Ne conviendra par contre pas aux amateurs de films d'action.

Nicolas | 01.11.2013 19:01
 
Même si le scénario n'a rien d'exceptionnel, la 3D prend ici tout son sens (pour une fois!) et fait de ce film une vraie expérience cinématographique. A voir en salle!

vincenzobino | 24.10.2013 21:41
 
Comme déjà mentionné, une incroyable expérience visuelle avec des plans parmi les plus hallucinants que j'ai vus, notamment le premier. Sandra Bullock est magnifique. Oui, on trouve certaines imperfections, notamment dans les dialogues. Mais elles sont annihilées par la qualité visuelle qui fascine le passionné de conquête spatiale que je suis. A voir absolument sauf si vous ne supporteriez pas d'avoir la tête a l'envers...

LvT | 24.10.2013 18:27
 
Alors ce film de tous les dithyrambes? C'est une très belle oeuvre qui fait du bien de voir quand on est en proie à une crise existentielle, tellement elle relative vos maux, face à ce que subit Ryan. L'émotion y est un peu parfois poussée, mais c'est de bonne guerre. Maintenant, il est normal et non pas exceptionnel que la 3D soit impressionnante car, avec souvent un noir étoilé en fond, l'immersion est plus aisée. Il n'est pas là le tour de force de Cuaron, il réside dans sa mise en scène. Que cela soit en 3D ou en 2D, il réussit à ne jamais perdre son spectateur dans un vulgaire grand huit, grâce à une caméra instinctive et réactive, et non en roue libre. Sandra Bullock est sublime et il faut dire qu'elle doit défendre un personnage magnifique à qui la vie n'a jamais fait aucun cadeau: la plus grande réussite du film. La musique de Steve Price recèle des moments intenses dans les scènes que l'on qualifiera d'action, mais tombe dans la surenchère vers la fin. Un film à voir certes, mais pas l'oeuvre ultime que certains prétendent. C'est peut-être de la faute à son côté trop parfait.

Jeanne | 24.10.2013 16:25
 
Effectivement, une expérience à vivre: de très belles images et une performance d'actrice incroyable. 1-2 plan qui sentent le réchauffé (et pas très délicatement amenés) mais dans l'ensemble de bonnes idées mises en forme de façon intelligente et un discours qui tient la route. A voir!

Minnie | 23.10.2013 23:18
 
Une claque ABSOLUE!!! Un moment intense comme jamais. Tout ça, grâce à la puissance filmique d'Alfonso Cuaron et les prestations de Sandra Bullock et Georges Clooney. Et pour une fois, la 3D fait son boulot et offre une perspective encore plus soutenue. Sincèrement, un des voyages les plus magistrales que le cinéma puisse offrir. A voir et découvrir uniquement en salle car la sensation ne saura jamais aussi prenante.

Clapman | 21.10.2013 07:37
 
Gravity n'est pas un film qui se regarde mais une expérience inoubliable qui se ressent. Et, a moins d'avoir une installation 3D/12.1/écran de 3 mètres de base des plus performantes à la maison, vous ne ressentirez JAMAIS cette expérience ailleurs que dans la plus grande salle que vous pouvez trouver et en 3D ! C'est première fois que je prône la 3D pour un film. Car ici, elle s' associe à cet environnement élargi qu'est l'espace mais en même temps, tellement confiné et le son y est des plus...spatial. N'attendez plus. Courez voir l'expérience cinématographique de l'année. Vous ne pouvez pas être déçu par tant de prouesse technique.

Albus | 21.10.2013 05:06
 
Une expérience cinématographique comme j'en ai vu rarement jusqu'à présent. ça prend vraiment les tripes. Superbe.