Film

Terminator: Genisys Terminator: Genisys (v.o)

Date de sortie 01.07.2015
Durée 126 minutes
Age 12/14
Pays États-Unis (United States)
Distributeur Universal
Genre Science fiction , Thriller
Réalisateur Alan Taylor
Acteur Jason Clarke Emilia Clarke Arnold Schwarzenegger
Note CLAP.CH
 
3/5
Note du public
 
2.1/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

Lorsque le leader de la résistance John Connor, envoie le sergent Kyle Reese en 1984 pour protéger Sarah Connor et préserver l'avenir de l’humanité, des événements inattendus provoquent une fracture temporelle. Le sergent Reese se retrouve alors dans une nouvelle version du passé, où il est confronté à des alliés improbables, dont le Guardian, et à de nouveaux ennemis. Il est chargé d'une mission inattendue : reprogrammer le futur  ...

Alan Taylor

Jason Clarke

Emilia Clarke

Arnold Schwarzenegger

Critiques

Max Borg | Lundi 29 juin 2015
 

CONTRE

"I'll be back." Entendue pour la première fois en 1984, cette phrase culte d'Arnold Schwarzenegger est aussi, d'une certaine manière, la philosophie de vie de la franchise de Terminator, qui continue à se réinventer malgré plusieurs difficultés, notamment le départ du créateur James Cameron après le magnifique deuxième volet, sorti en 1991. Il faudra attendre douze ans avant la sortie de Terminator 3, réalisé par Jonathan Mostow. Hélas, ce n'est qu'une pâle imitation de son prédécesseur, et la carrière politique de Schwarzy lui interdit de revenir. Voilà donc qu'on se concentre plutôt sur Sarah Connor, dans un spin-off télévisuel qui se voit annulé après deux saisons, et sur son fils John, incarné par Christian Bale dans Terminator Renaissance, un échec commercial qui mène à la faillite de sa boîte de production. Le public aurait-il marre d'histoires de cyborgs tueurs, de paradoxes temporaux et de discussions autour du destin?

C'est bien ce qu'on verra avec Terminator: Genisys, ce cinquième volet qui est en même temps une suite et un reboot, un nouveau départ (c'est beau, les voyages dans le temps). On reconnaît le début: nous sommes en 2029, Skynet domine la planète et John Connor (Jason Clarke) est le leader de la résistance contre les machines. Un Terminator est envoyé en 1984 pour tuer Sarah Connor (Emilia Clarke), et John envoie son allié le plus proche, Kyle Reese (Jai Courtney), pour la protéger. Mais lorsque Kyle se manifeste à Los Angeles, ce n'est pas l'année 1984. Enfin, pas celle qu'il était censé atteindre. Car quelqu'un d'autre - on ignore qui - a envoyé un autre Terminator (Schwarzenegger) en 1973 pour sauver la vie de Sarah. Cette machine, qu'elle appelle "Papy" (ben oui, Arnold a vieilli, il faut assumer), l'a préparée pour le conflit qui viendra. Mais dans cette nouvelle ligne temporale, qui est digne de confiance? Et qui est cet homme mystérieux qui, juste avant le départ de Kyle, a attaqué John en 2029?

On peut bien admirer l'intention de Genisys, qui respecte l'oeuvre de Cameron tout en essayant de proposer quelque chose de nouveau. Et le point de divergence, où le Schwarzenegger plus âgé montre à la version de 1984 qui est le plus fort, est un moment jouissif et très prometteur. Hélas, au bout de la troisième course-poursuite, on n'en peut plus: de la prestation agaçante de Courtney dans le rôle de Reese et celle dépourvue de charme de Jason Clarke dans la peau de John Connor; d'un scénario qui mène le second dégré par rapport aux paradoxes temporaux jusqu'à l'excès, dérobant l'intrigue de la simplicité élégante que lui avait accordée Cameron; et de la construction débile de certaines scènes d'action, en particulier une séquence avec des hélicoptères où le seul instant qui fonctionne, c'est quand Schwarzy dit "I'll be back".

C'est justement l'ex-gouverneur de la Californie, l'homme qui fut Hercule et Conan, avec son accent autrichien et son énergie inépuisable, qui justifie l'existence de ce film bruyant et plutôt creux, et c'est grâce à lui qu'on sort du cinéma sans être déçus à 100%. La jeune Emilia Clarke, connue pour Game of Thrones, se débrouille plutôt bien aussi, mais c'est Arnold qui donne à Genisys un peu d'humanité. Mais pas assez pour qu'on se réjouisse d'une éventuelle suite. Will he be back? On sait pas, et franchement, on s'en fiche. 


Minnie Equey | Lundi 29 juin 2015
 

Pour

Cinquième volet d'une saga débutée il y a trente et un an, Terminator Genisys est une surprise appréciable dès le début du générique. Il faut dire que l'on est d'emblée plongé dans cet univers apocalyptique qui nous est si familier.

Une scène d'ouverture expliquant comment John Connor (incarné ici par Jason Clarke La Planète des Singes : L'affrontement) permet de donner une dimension nouvelle à cet opus. L'idée de retrouver pour un temps l'année 1984 en offrant des scènes cultes du tout premier volet n'est pas pour déplaire. Le soin apporté permettra aux fans de la première heure de ne pas crier à l'hérésie.

Le ton est donné avec une nouvelle direction de scénario. Ici le personnage de Jay Courtney (la saga Divergente) est une aide quelque peu perdue face à Emilia Clarke alias Sarah Connor (Game of Thrones). Si dans l'oeuvre de base, l'héroïne incarnée en son temps par l'inoubliable Linda Hamilton semblait subir les événements, il n'en est absolument rien dans ces nouvelles aventures. L'histoire cohérente offre une tournure qui laissera peut-être perplexe les quelques réticents mais qui saura être appréciée à la longue néanmoins.

La grande surprise de cet opus est bien entendu Arnold Schwarzenneger alias le Terminator modèle T-800. Il faut dire que l'ancien politicien n'avait pas incarné ce célèbre personnage depuis douze ans. Sa dernière apparition en qualité de machine à tuer remonte à Terminator 3 : le Soulèvement des Machines. Autant dire que le film prend une saveur encore plus intense.

S'agissant d'une volonté des studios Skydance de poser les bases d'une nouvelle trilogie, il était important que le héros si emblématique soit de la partie. A noter que les droits complets seront en mains de James Cameron dès 2019. 

L'autre excellente surprise de ce long métrage est la présence de Robert Patrick lors d'un caméo plutôt sympa. Un rôle lui a été proposé mais des soucis de santé ont eu raison de sa non participation. Néanmoins, la technique utilisée lors du second volet Terminator 2 : Le jugement dernier, est intégrée sans problème et donne encore plus un sentiment de nostalgie.

Si l'on peut peut-être regretter un scénario un peu brouillon par moment, des effets spéciaux pas tout le temps au point et une 3D inexistante, il est vraiment agréable de se dire que ce Terminator Genisys relève le niveau décevant des deux précédents opus. A noter que deux autres suites sont prévues, qu'importe le succès de ce volet là. Un divertissement vraiment jouissif qui donne le ton à une nouvelle ère dont il serait difficile de ne pas être fan.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

vincenzobino | 05.07.2015 18:51
 
Et bien je rejoins Minnie. Parce que pour moi il n'y a absolument pas d'hérésie, la réponse a la question suscitée par la bande-annonce (suite ou spin-off?) étant assez rapidement répondue. Tout n'est pas parfait, loin s'en faut: les effets visuels ne surpassent que partiellement le T2, je ne suis pas super convaincu par Kyle (Michael Biehn étant a mes yeux irremplaçable) et peut-être trop d'allusions aux 2 premiers épisodes sans compter que l'un des personnages disparaît a mon avis trop vite. Mais niveau rythme, divertissement et musique, rien a redire sans compter Schwarzie de retour et ÇA c'est un vrai bonus (le fan de l'hasta vista baby, ma réplique culte ado). A recommander...

André. M | 02.07.2015 07:00
 
Je suis pas trop déçu, la bande annonce était déjà une déception......

Cameronator | 30.06.2015 07:01
 
HÉRÉSIE ! Je peux retourner en 1984 ?