Film

Annette Annette (v.o)

Date de sortie 07.07.2021
Durée 139 minutes
Age 16/16
Pays Belgique (België) , Suisse (Schweiz) , Allemagne (Deutschland) , France , Japon (日本) , Mexique (México) , États-Unis (United States)
Distributeur Filmcoopi Zurich AG
Genre Drame , Musical
Réalisateur Leos Carax
Acteur Marion Cotillard Adam Driver Rebecca Dyson-Smith [+]
Scénariste Ron Mael Russell Mael
Producteur Ron Mael Russell Mael
Note CLAP.CH
 
4/5
Note du public Aucun vote
  Voir la bande annonce

Synopsis

Los Angeles, de nos jours. Henry est un comédien de stand-up à l’humour féroce et Ann une cantatrice de renommée internationale. Ensemble, sous le feu des projecteurs, ils forment un couple épanoui et glamour. La naissance de leur premier enfant, Annette, une fillette mystérieuse au destin exceptionnel, va bouleverser leur vie.

Leos Carax

Marion Cotillard

Adam Driver

Rebecca Dyson-Smith

Rila Fukushima

Simon Helberg

Ron Mael

Russell Mael

Ron Mael

Russell Mael

Ron Mael

Russell Mael

Critiques

Remy Dewarrat | Lundi 5 juillet 2021
 

La pomme, la banane et la poupée

Par le biais d’un opéra rock très sombre, Leos Carax se penche sur les relations au temps des réseaux sociaux où la vindicte populaire est devenue juge et partie. Malaise assuré.

Après Pola X tiré de Pierre ou les ambiguïtés d’Herman Melville, le sixième long métrage de Leos Carax est seulement le deuxième à être une adaptation. Il est tout droit sorti de l’imagination du groupe de rock américain The Sparks, alias Ron et Russell Mael. C’est après avoir entendu un de leurs titres, How Are You Getting Home?, dans le précédent film de Leos Carax, Holy Motors, qu’ils lui ont proposé ce projet très personnel. Si Annette est incontestablement un film musical, il se rapproche plus d’un opéra rock que d’une comédie musicale hollywoodienne, malgré un début qui pourrait faire croire le contraire. Ann, une cantatrice reconnue qui aime les pommes et Henry, un comique adepte du «seul en scène» provocateur qui aime les bananes, se rencontrent, s’aiment et s’apprêtent à accueillir leur premier enfant, Annette, une véritable poupée.

L’arrivée de cet événement, devant être heureux par définition, coïncide avec  le commencement des déboires qui vont envenimer le couple parfait. Quand Ann connaît un succès grandissant, Henry sombre dans l’impopularité suite à des blagues de plus en plus jugées de mauvais goût par son auditoire. La rage s’empare de lui et lui fera commettre l’irréparable à deux reprises. Et , comble de son égocentrisme meurtri, il ira jusqu’à profiter de sa fille qui a hérité de la voix extraordinaire de sa mère, afin de renouer avec le succès.

Très rapidement, le film est émaillé de courtes séquences  issues d’émissions people populaires et putassières qui scrutent les moindres faits et gestes d’Ann et Henry. Cette astuce permet à Leos Carax de mettre le doigt sur l’un des maux du millénaire: la célébrité et sa perception commerciale par des masses abruties  qui se sont autoproclamées censeurs des artistes qu’ils aiment détester ou détestent aimer. Cette perception de notre époque et de ses sociétés dites civilisées est certes très sombre mais ô combien réaliste. Dès lors, le malaise intervient à plusieurs reprises car l’univers dépeint par Annette nous met face à une réalité poisseuse qui tend à prendre le pouvoir sournoisement sur la liberté et l’esprit critique. Quand n’importe qui pense légitiment avoir le droit de donner son avis sur n’importe quoi et le faire savoir, on sombre vite vers une sorte de totalitarisme qui n’ose pas dire son nom. C’est de cela que parle ce film brillamment et parfaitement dérangeant. Et pour accentuer encore plus ce trouble, le cinéaste opte pour une mise en scène somptueuse aux images marquantes et à l’interprétation remarquable. Comme Janus, le dieu romain aux deux visages, le nouveau film du réalisateur des Amants du Pont-Neuf joue habilement sur l’envers et l’endroit, à la fois des choses et des gens. La chanson romantique We Love Each Other So Much, qui magnifie l’amour entre Ann et Henry, devient plus tard Sympathy for the Abyss, une berceuse macabre interprétée par leur fille Annette, devenue enfin humaine aux yeux des spectateurs.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film: