Film

En Solitaire En Solitaire (v.o)

Date de sortie 06.11.2013
Durée 96 minutes
Age 8/12
Pays France
Distributeur Frenetic
Genre Drame
Réalisateur Christoph Hoffenstein
Acteur François Cluzet Virginie Efira Samy Seghir
Note CLAP.CH
 
3/5
Note du public
 
3.8/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

Yann Kermadec voit son rêve se réaliser quand il remplace au pied levé, son ami Franck Drevil, au départ du Vendée Globe, le tour du monde à la voile en solitaire. Habité par une farouche volonté de gagner, alors qu'il est en pleine course, la découverte à son bord d'un jeune passager va tout remettre en cause.

Christoph Hoffenstein

François Cluzet

Virginie Efira

Samy Seghir

Critiques

Firouz-Elisabeth Pillet | Lundi 4 novembre 2013
 

Après nous avoir impressionnés en tétraplégique dans Intouchables, nous espérions voir à nouveau François Cluzet surfer sur une telle vague de succès. Dans En solitaire, premier long métrage de Christophe Offenstein, l'acteur devient Yann Kermadec, navigateur qui voit son rêve enfin se réaliser, quand il remplace au pied levé, son ami Franck Drevil (Guillaume Canet), au départ du Vendée Globe, le tour du monde à la voile en solitaire. Habité par une farouche volonté de gagner et persuadé qu'il a toutes ses chances de remporter la course, son personnage n'hésite pas à prendre de gros risques. Mais alors qu'il est près de parvenir à son but, il découvre un jeune passager clandestin (Samy Seghir) à bord de son bateau. Si ce dernier est repéré, Yann Kermadec serait automatiquement disqualifié. Chef monteur et chef de la photographie depuis de nombreuses années et ayant travaillé avec Jean-Paul Rouve, Léa Fazer, Nadine Labaki, Toni Marshall et, bien sûr, Guillaume Canet (signant la photographie de Blood Ties), Christophe Offenstein nourrissait depuis longtemps le désir de réaliser un premier film de fiction: il avait d'ailleurs déjà mis la main à la pâte avec Serge Gisquière pour Oh my God ! en 2005. S’attaquer à la légendaire course du Vendée Globe était ardu et ambitieux. Le réalisateur nouveau venu a fait le pari audacieux de regrouper dix-huit personnes et de tourner en pleine mer sur un bateau prévu à la base pour une personne. Sur ce point, le film d'Offenstein atteint son but, bluffant les spectateurs qui imaginent Cluzet seul à la barre, et non entouré de skippers et d'une équipe technique conséquente.  Ce premier rôle, confié à l’un des meilleurs acteurs de sa génération, suffisait à mener ce film à bon port. Pourquoi donc vouloir à tout prix lui greffer ce passager clandestin depuis les Canaries alors que cette intrigue supplémentaire n'apporte pas de densité ni de suspense à la narration? Bien au contraire, cette intrusion dans le récit amène des invraisemblances mais n'a peut-être que pour unique fonction d'immerger le récit dans des préoccupations contemporaines d'un public occidental, en particulier français.

Le cinéaste a reçu l'autorisation de filmer l'arrivée aux Sables d'Olonne de ce tour du monde à la voile qui perd de sa superbe et de sa dimension mythique avec l’arrivée sur le bateau de ce jeune Mauritanien qui rêve de se rendre en France. Le tandem d'acteurs fonctionne mais il manque quelque peu de relief. Le talent de Samy Seghir (méconnaissable depuis Neuilly sa mère !) ne fait nul doute et la justesse des attitudes et du comportement de François Cluzet atteste de sa capacité à relever les défis les plus fous, mais le résultat sur l'écran manque de sel et les échanges entre le navigateur chevronné et son moussaillon improvisé ne parvient pas à nous convaincre, ni à nous émouvoir.

On se remémore avec nostalgie un autre tandem exceptionnel, émouvant qui parvenait à nous captiver et nous arracher des larmes. La relation entre deux êtres esseulés qui évoluent vers une relation de transmission filiale semble très convenue et a déjà été explorée à maintes reprises et de manière plus réussie comme, par exemple, dans  Welcome, qui s'attaquait de manière frontale à la question de l’immigration clandestine. En solitaire se contente d'effleurer sans aborder, surfant sur une vague de sentimentalisme facile et maladroit.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

xaodespinfols | 22.03.2014 11:25
 
Joli film pour moi qui adore la mer et la navigation même si le scénario est un peu gentillet....

vincenzobino | 17.11.2013 00:30
 
Je ne pratique pas de voile et, par conséquent, m'intéresse très peu aux différentes compétitions à 2 exceptions : Le bol d'or, car j'habite aux premières loges pour les voir et le Vendée Globe, course de tous les superlatifs. Pour une première, Offenstein réussit un fort joli coup. Il parvient tout d'abord à reconstituer l'ambiance de course par des prises de vues spectaculaires nous faisant croire que le film a été réellement tourné sur les lieux même de course alors que ce n'est pas vraiment le cas (au large de la Bretagne et, sauf erreur, du Maroc et de la Nouvelle-Zélande). Il peut également compter sur un François Cluzet au top et un excellent Guillaume Canet qui nous font tous 2 passer les véritables sentiments des compétiteurs se retrouvant dans la situation de Yann Kermadec et Franck Drevil. Seule toute petite ombre au tableau : l'épisode relationnel entre Yann et les femmes de sa vie, éléments extra course à mon sens un peu superflu. Mais sinon, je vous encourage à prendre part à cette régate