top of page
pub_clap.jpg
Dune - Deuxième partie

Frauennot - Frauenglück

Misères des femmes - Joies des femmes

Ce qui s’effectue dans de nombreuses cours obscures ne s’arrête pas aux frontières de la Suisse: à la fin des années 20, des centaines de milliers de femmes recourent à l’avortement illégal. Beaucoup en meurent. Une situation déplorable que le producteur suisse Lazar Wechsler et le réalisateur soviétique Sergei Eisenstein souhaitent démontrer. Le film fait scandale et, parfois, il est même interdit.

Date de sortie

27/12/29

Durée

1929: 61min - 1936: 57min

Age légal/suggéré

16

Pays

Suisse (Schweiz)

Distributeur

Praesens-Film, Cinémathèque Suisse

Genre

Drame

Réalisation

Edouard Tissé

Casting

Walburga Gmür, Johannes Steiner

Note Clap.ch

la note moyenne est 5 sur 5

Vos notes

la note moyenne est null sur 5
Misères des femmes - Joies des femmes
  • Version originale de 1929 ainsi qu’une 

  • Version adaptée et sonorisée du film muet 1936.


Produit par Praesens en 1929, d’abord en tant que film muet, «Frauennot – Frauenglück» («Misères de femmes – Joies de femmes») est un monument du cinéma : non seulement à cause des turbulences suscitées par sa genèse, sa réception et sa diffusion, mais aussi parce que la grossesse, la naissance et l’avortement (illégal) n’avaient encore jamais été montrés au cinéma de cette manière. Partout dans le monde, de larges franges du public sont montées au créneau, de sorte que la censure a exigé des coupures. Les prises de vues documentaires d’une césarienne filmée par Emil Berna à la clinique gynécologique de l’Université de Zurich ont fait sensation mais aussi scandale.


Dans le langage visuel expressif et le montage contrasté propres à l’avant-garde soviétique, le film didactique mêle le reportage et les scènes fictives. Pour les parties narratives, le producteur Lazar Wechsler avait sollicité S.M. Eisenstein, qui est arrivé à Zurich flanqué notamment de son opérateur Eduard Tissé. Celui-ci s’est chargé de la mise en scène et de la photographie. La composition d’ensemble est étonnement homogène ; l’argumentaire s’achève cependant par un résultat indécis entre la pauvreté qui est la cause des avortements clandestins, l’émerveillement devant l’art médical moderne et la glorification du bonheur de la maternité.

Donnez-nous votre avis sur ce film!

Sorties de la semaine

Articles à l'actualité

bottom of page