top of page
banner 2000x250 .jpg

Blackbird Blackbird Blackberry

Dernière mise à jour : 13 avr.

Note: 4,5/5

Porté par ses interprètes géorgiens, le film d’Elene Naveriani est une ode à la vie et tout ce qu’elle peut nous apporter de bon, ou de mauvais, une vie normale quoi. Mais cette aventure nous transporte dans une imagerie merveilleuse de simplicité dans une ambiance comme la réalisatrice sait le faire. Un deuxième long métrage qui confirme sa passion pour le cinéma simple, mais authentique.



Elle nous avait captivé avec son premier long métrage Wet Sand,  Elene Naveriani revient avec un film qui confirme la qualité de la réalisatrice suisse et géorgienne dans sa réalisation forte mais très humaine. Après une première projection aux Journées de Soleure, c’est la consécration dans son pays d’adoption avec trois quartz au Prix du cinéma suisse 2024 : Meilleur film de fiction, meilleur scénario et meilleur montage.


Blackbird Blackbird Blackberry est un film tout en simplicité qui raconte la vie d’Ethéro qui approche la cinquantaine et qui n’a jamais connu l’amour, toutes ses joies, y compris celle de la chair. Elle a toujours voulu la liberté et profiter de la vie pour elle seule, ce qui ne manque pas d’alimenter les commérages de ses «copines» dans le village où elle habite.

Mais un jour elle rencontre l’amour, les sentiments. Encore vierge, le sexe et son état d’esprit vont être chamboulés. Il faut qu’elle trouve sa voie dans ces nouvelles aventures et surtout comment gérer les qu’en dira-t-on et de sa communauté et les fantômes des figures patriarcales de sa famille.



Contrairement à Wet Sand qui militait pour la différence LGBT dans un pays dirigé par les coutumes ancestrales et la religion, Blackbird Blackbird Blackberry est l’histoire d’une femme confrontée à un changement radical dans sa vie. Elle doit faire face à L’amour, rien que ça!

Loin du glamour hollywoodien, cet amour qui la poignarde en plein cœur n’est pas forcément de toute joyeuseté et de merveilleux. C’est une histoire d’amour originale tout en délicatesse. Les protagonistes sont le moteur du film, lui conférant une sensualité et un charisme fascinants et assez froids.

Interprété par la merveilleuse actrice Eka Chavleishvili, Ethéro est froide, ancrée dans ses habitudes et peureuse face à cette nouvelle situation, mais le désir la rattrape quand Murman incarné par Temiko Chinchinadze se pointe dans sa boutique villageoise. Elle oublie ses confitures, sa vie et s’abandonne aux plaisirs de sa relation avec le livreur. Mais la réalité de la vie la rattrape très vite et elle prend la décision de rendre des comptes à ses copines de quartier. Un événement va encore tout chambouler mais celui-ci on ne va pas vous le dévoiler pour garder la surprise jusqu’au bout.


Porté par ses interprète géorgiens, le film d’Elene Naveriani est une ode à la vie et tout ce qu’elle peut nous apporter de bon, ou de mauvais, une vie normale quoi. Mais cette aventure nous transporte dans une imagerie merveilleuse de simplicité dans une ambiance comme la réalisatrice sait le faire. Un deuxième long-métrage qui confirme sa passion pour le cinéma simple, mais authentique.

Posts récents

Voir tout

77ᵉ Festival de Cannes: notre couverture

Jour 4: Des séances de minuit enrichissent l’agenda cannois de notre chroniqueur Max Borg dont le programme est toujours plus chargé. Twilight of the Warriors: Walled In (Séance de minuit) Rattrapé le

댓글


bottom of page