La franchise « Predator » se rafraîchit

On l’attendait de pied ferme cette suite/préquelle du chasseur extraterrestre. C’est sur une plateforme VOD qu’on le découvre à défaut du grand écran.

Dommage, car le film tient quasi ses promesses, en tout cas visuelles et sonores. Des images magnifiques tournées au Canada, une ambiance forestière qui aurait mérité le son des meilleures salles de cinéma. On se contentera de l’écran TV.

Si le thème est toujours le même (combat de chasseurs à chasseur) l’originalité de l’histoire se tient dans sa période et la première incursion de la bête sur terre en territoire Comanche au 18ème siècle. Si la première partie du scénario fait assez « disneyen » (une jeune fille indienne, son chien, la conquête de sa place de chasseuse parmi les mâles de la tribu), tout change quand le prédateur fait sa réelle entrée. Ça charcle, ça dépèce et ça décapite à tout va sans entrer dans des détails trop gores.

Quelques actions rondement menées nous étonnent par leur puissance. On notera quand même quelques scènes animales pas très convaincantes (la scène de l’ours trop artificielle) mais l’intention y est.

La deuxième surprise viendra du look du chasseur de l’espace. Le réalisateur ne se focalise jamais vraiment sur les détails anatomiques de la bête, on notera quelques changements par rapport à ce que l’on a vu jusqu’à présent. Et c’est très bien ainsi.

Au final, une bonne surprise qui pourrait faire suite aux deux premiers films de la franchise en oubliant ce qui a été fait entre deux.


Note 4/5


Fiche et bande annonce