top of page
publicité_articles_film.jpg

NIFFF 2023: programme de la 22ème édition

Le Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF, 30 juin au 8 juillet) a dévoilé la programmation complète de sa 22e édition. Riche et singulière, la sélection 2023 met à l’honneur 124 œuvres issues des 5 continents, pour un total de 44 pays représentés. Autant de visions cinématographiques qui dressent le panorama d’un genre en constante évolution et aux ramifications infinies.

Multiple, pluridisciplinaire et audacieuse, la programmation de la 22e édition du NIFFF est le reflet de la création fantastique contemporaine. Si elle fait la part belle à une relève engagée et créative (Amanda Nell Eu, Bishal Dutta, Sofia Alaoui, Just Philippot), la sélection rend également hommage à des figures incontournables qui ont façonné l’histoire du genre (John McTiernan, Katsuhito Ishii) tout en célébrant le retour de cinéastes qui ont fait les belles heures du festival (Jennifer Reeder, Christopher Smith, Lee Cronin, Ti West). En offrant la présidence du Jury international à la comédienne, autrice et scénariste Josiane Balasko, le NIFFF poursuit son exploration du fantastique sous des angles inattendus, prolongeant ainsi ce qui a été initié l’an dernier.


L’édition 2023 s’ouvrira vendredi 30 juin avec la première suisse de la comédie d’anticipation THE POD GENERATION de Sophie Barthes (BE/FR/UK, 2023) et se clôturera samedi 8 juillet avec la première internationale du très actuel et alarmant ACIDE de Just Philippot (FR, 2023). La sélection officielle présente 8 premières mondiales, 7 premières internationales, 4 premières européennes et 46 premières suisses. Le Jury international, composé de Josiane Balasko (FR), Veronika Franz (AT), Charles Burns (US), John McTiernan (US) et Olivier Babinet (FR) décernera le prestigieux Narcisse H.R. Giger (10’000 CHF doté par la Ville de Neuchâtel) lors de la cérémonie de clôture. Le meilleur court-métrage suisse se verra également récompensé de son Narcisse H.R. Giger, un prix doté de 10’000 CHF par la SSA et SUISSIMAGE.

Compétition internationale

La Compétition internationale explore la diversité des imaginaires contemporains, qu’ils soient géographiques, thématiques ou narratifs. Parmi les 14 longs-métrages présentés, près de la moitié est constituée de premières œuvres. Parmi elles, l’enragé TIGER STRIPES de Amanda Nell Eu, le mystique et apocalyptique ANIMALIA de Sofia Alaoui, et l’horrifique IT LIVES INSIDE de Bishal Dutta. La section accueille par ailleurs les films de cinéastes familier·ères du festival. Le public aura ainsi l'occasion de découvrir le manifeste féministe décapant de Jennifer Reeder (PERPETRATOR), l’horreur religieuse selon Christopher Smith (CONSECRATION) et le deuxième volet de la trilogie X de Ti West, avec une Mia Goth aussi terrifiante que touchante dans le rôle-titre (PEARL). Sont également attendus : l’anxiogène et brutal VINCENT DOIT MOURIR du Français Stéphan Castang et le thriller de science-fiction tchèque RESTORE POINT de Robert Hloz. Enfin, l'animation pour adultes est à l’honneur avec l’impressionnant WHITE PLASTIC SKY de Tibor Bánóczki & Sarolta Szabó, un récit d’anticipation aux accents écologiques et mélancoliques.

Compétition asiatique

La compétition asiatique, pouls de la production de cinéma de genre, fera battre le cœur des festivalier·ères grâce à la diversité de ses propositions. La comédie sera au rendez-vous, bien qu’avec une pointe d’horreur, dans BHEDIYA (Amar Kaushik), film bollywoodien qui revisite le mythe du loup-garou, mais également dans le buddy movie fantastique taïwanais MARRY MY DEAD BODY (Cheng Wei-hao). La farce surréaliste et musicale de Corée du Sud KILLING ROMANCE (Lee Won-suk) promet des étincelles, tandis que l’animation onirique et fiévreuse du réalisateur chinois Tian Xiaopeng (DEEP SEA) annonce un voyage sous-marin tout en poésie. Pour les amateur·trices de noirceur, le coming-of-age horrifique philippin IN MY MOTHER’S SKIN (Kenneth Datagan) et le polar allégorique hongkongais MAD FATE (Soi Cheang) sont au programme. Finalement, la sélection compte deux premières marquantes : la première internationale de FROM THE END OF THE WORLD de Kazuaki Kiriya, le dernier film vertigineux et ambitieux du réalisateur de CASSHERN (2004), et la première européenne de l’explosif SHIN KAMEN RIDER (Anno Hideaki), autre revival d’un personnage culte des franchises tokusatsu de la Toei après SHIN GODZILLA (2016) et SHIN ULTRA MAN (2022).


Comments


bottom of page