top of page
banner 2000x250 .jpg

Jill

Note: 4/5

Jill montre clairement que vouloir la liberté en imputant aux autres sa vision arbitraire de cette notion s’apparente à du totalitarisme.


Steven Michael Hayes parvient à transmettre parfaitement ses interrogations dans un drame ardent qu’il place judicieusement au sein d’un huis clos forestier oppressant.


Jill démonte minutieusement et crescendo toutes les illusions que peut recéler n’importe quelle utopie quand elle devient dangereuse autant physiquement que psychologiquement à force d’intolérance et de sectarisme.


Si on ajoute encore une belle intervention autour du pardon, on obtient un film efficace et intelligent dans la pertinence de son propos.


Posts récents

Voir tout

77ᵉ Festival de Cannes: notre couverture

Jour 8: le Festival continue avec les nouvelles œuvres d’auteurs importants. Il ne reste que quelques jours avant la fin du 77e Festival de Cannes, mais il reste aussi plein de films à découvrir. Voic

Comments


bottom of page