top of page
banner 2000x250 .jpg

«Becoming Karl Lagerfeld», les coutures lachent!

Note: 2,5/5

Cette mini série réalisée par Audrey Estrougo et Jerôme Salle nous fait découvrir pour la première fois à l'écran et librement adapté du best-seller Kaiser Karl de Raphaëlle Bacqué (publié aux éditions Albin Michel), une partie de la vie du couturier Karl Lagerfeld.

Proposée sur la plateforme Disney+, elle réunit un casting haute couture et nous plonge dans l’univers feutré de la haute couture et du prêt à porter de luxe. 1972 Karl Lagerfeld a quitté la maison Patou pour devenir indépendant. Boulimique de travail il devient en 1965 directeur artistique de la maison Fendi et en 1970 de Chloé, c’est à ce moment que la série commence.


Daniel Brühl incarne Karl Lagerfeld de dos avec un éventail dans la main
Daniel Brühl est Kasrl Lagerfeld

La série met également en lumière les personnalités de la mode et de la culture qui ont côtoyé Karl Lagerfeld à l’époque. Jeanne Damas prête ainsi ses traits à Paloma Picasso, et l’auteure-compositrice-interprète et modèle Claire Laffut à ceux de Loulou de La Falaise.

L'actrice légendaire Marlene Dietrich est interprétée par Sunnyi Melles et Andy Warhol, lui, est joué par Paul Spera


Karl Lagerfeld applaudi à un défilé de mode
Karl Lagefeld et ses manequins

La relation de Karl avec Yves Saint-Laurent et sa seule histoire d’amour avec le dandy Jacques de Bascher sont la toile de fond de cette histoire.

La réalisation est léchée et les atmosphères feutrées sont très bien restituées, mais malheureusement ça s’arrête là car les personnages son insipides.

Alex Lutz en Pierre Bergé de pacotille est sans envergure, juste méchant. Agnès Jaoui qui interprète Gaby Aghion est provinciale et coincée dans ses mary jane aux pieds. Théodore Pellerin joue Jacques de Bascher, un écrivain raté, bourgeois qui s’ennuie et dandy magnifique Arnaud Valois qui incarne Yves Saint Laurent est quand à lui touchant. Et que dire de Daniel Brühl qui campe Karl Lagerfeld? Un nom rien de plus, son jeu est insignifiant.



Il faut dire que le personnage de Karl Lagerfeld est enveloppé dans un linceul de bienveillance, embaumé de bons sentiments, alors que l’on aurait aimé que le personnage soit plus piquant, arrogant et snob.

Cette série donne l’impression  d’une atmosphère des collations de fin d’enterrement où le cher disparu devient un exemple de sainteté tout en étant de son vivant un salaud magnifique.


Pour découvrir un Karl Lagerfeld au plus près de sa légende, nous vous proposons la série documentaire de quatre épisodes intitulée Karl Lagefeld Révélation diffusé sur My CANAL.


 

A lire aussi



Comentarios


bottom of page