Colportage interdit

Note: 3,5/5

A travers une poésie cinématographique singulière, Daniel Duqué nous invite à le suivre dans sa démarche unique.

En voix-off, le cinéaste colporteur récite des extraits d’un poèmes d’Yves Bonnefoy et nous fait part de ses réflexions personnelles sur la vie et sur l’art. Et on entend aussi à travers une radio les nouvelles d’une guerre qui se déroule au loin. Ces informations factuelles donne à son oeuvre une touche déstabilisante, ce qui devrait être l'une des démarches de tout art qui se respecte, loins des canevas commerciaux qui régissent le Septième Art à l’heure du divertissement roi.