top of page
banner 2000x250 .jpg

Harrison Ford en cinq films incontournables

Dernière mise à jour : 21 mai 2023

Harrison Ford a illuminé la tapis rouge à Cannes pour la première d' Indiana Jones et le cadran de la destinée qui sortira dans nos salles le 28 juin.

A bientôt huitante-et-un ans et presque soixante ans de carrière, il reste et restera à tout jamais l'aventurier créé par Georges Lucas, mais aussi le héros de la saga culte Star Wars, Han Solo. Mais Harrison Ford ne débute pas au cinéma en devenant ce personnage. Il entame sa carrière en 1964 quand il signe un contrat de 150 dollars par semaine avec la Columbia pour jouer des petits rôles pour la télévision.

C'est en 1966 qu'il apparaît pour la première fois sur grand écran dans le film Un truand de Bernard Girard avec James Coburn, pour lequel il n'est même pas crédité au générique.

En 1967, il obtient un deuxième rôle toujours pas crédité pour un salaire de misère qui ne suffit pas à faire vivre sa famille, d'autant plus que son premier fils Benjamin naît.

Dans l'impossibilité de développer son charisme d'acteur et sa personnalité, son contrat est rompu. Il signe un nouveau contrat auprès d'Universal Pictures et a l'occasion de jouer dans des séries comme Le Virginien ou L'Homme de fer. Mais décidément le métier ne paie pas et il cherche une alternative pour faire vivre sa famille.

Il décide alors de devenir charpentier mais ne quitte pas le milieu du cinéma pour autant en acceptant des petits rôles.

De fils en aiguilles, de rencontres en rencontres, il se retrouve à faire des travaux de menuiserie chez un certain Georges Lucas, encore méconnu à l'époque. Lucas lui propose le rôle de Bob Falfa dans American Graffiti. Le film sort en été 1973 et engrange plus de 21 millions de dollars: Ford n'en touche que 600.

Il continue son métier tout en apparaissant dans de petits rôles à gauche et à droite et notamment pour Francis Ford Coppola dans Conversation secrète. Il se satisfait de sa double vie professionnelle jusqu'en 1976.


La suite on la connait. Revenons un peu sur les cinq films qui ont marqué le plus sa carrière:


En 1976, il retrouve George Lucas lors de travaux chez ce dernier qui lui demande de donner la réplique aux acteurs présents pour le casting de son futur film.

Le réalisateur comprend très vite qu'il tient là le personnage qui lui manque, celui de Han Solo pour Star Wars...Harrison Ford obtient le rôle face à Kurt Russell, Nick Nolte, Christopher Walken, Al Pacino ou Richard Dreyfuss. Avec un salaire de 650'000 dollars, Star Was premier du nom permet enfin à Ford d'abandonner son métier de charpentier et de se concentrer pleinement sur sa carrière artistique à l'âge de trente-cinq ans. Annoncé comme un flop par la Fox, le film donnera naissance à la saga la plus lucrative à ce jour.

A la fin des années 70, George Lucas et Steven Spielberg travaillent sur un projet de film d'aventure rendant hommage aux serials de leur enfance. Pour tenir le rôle principal, Spielberg pense tout de suite à Harrison Ford. Mais c'est sans compter sur le refus de George Lucas qui n'a pas envie de reprendre un acteur qu'il a déjà fait jouer et choisit Tom Selleck. L'acteur refuse finalement à cause de son contrat sur la série Magnum. Spielberg revient donc à la charge avec son idée de départ en convainc Lucas. Cependant Ford doit signer pour trois films. Il hésite et finalement il signe. Indiana Jone est né.

Grâce à ce rôle, Harrison Ford forgera sa notoriété d'acteur reconnu à Hollywood.


Tiré du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques? de Philip K. Dick, Le film est réalisé par Ridley Scott où Harrison Ford incarne Rick Deckard, un détective privé désabusé et cynique. Son interprétation y est intense mais Ford a beaucoup de difficulté avec le scénario qui le laisse perplexe. Les soucis ne vont pas aller dans la bonne direction à cause de nombreuses divergences artistiques. Au final, le public ne suit pas l'acteur dans son choix de rôle plus sombre et différent de ce qu'il a l'habitude de voir . En 1982, le film sort est c'est l'échec commercial. Il faut dire q'un certain E.T. lui fait de l'ombre. Malgré tout, Blade Runner gagne son statut de film culte, surtout grâce aux autres versions (Director's Cut).

Anecdote sympatique: aujourd'hui, une question reste en suspens, Rick Deckard est-il un réplicant? Ridley Scott répond par l'affirmative alors que Harrison Ford soutient le contraire...


4. Witness

En 1985, sa carrière va prendre un tournant avec le film de Peter Weir. Il met de côté les super productions à grand spectacle et campe le rôle de John Book, un policier chargé de la protection d'un jeune Amish. Avant le tournage, il prépare méticuleusement son rôle de policier en suivant quelque temps la brigade criminelle de Philadelphie, avec qui il effectue des patrouilles de nuit. Et il trouve là l'occasion de renouer avec son métier de charpentier dans une scène mémorable de construction d'une grange.


Une année après, il joue de nouveau pour Peter Weir dans ce qui semble être pour lui son meilleur rôle: Allie Fox dans Mosquito Coast. Il y incarne un père de famille inventeur et maniaque qui se laisse absorber par ses idéaux. Le rôle d'un de ses fils est tenu par River Phoenix, avec qui il partagera le rôle d'Indiana Jones quelques années plus tard dans Indiana Jones et la dernière croisade. De Mosquito Coast à A propos d'Henry de Mike Nichols en passant par Frantic de Roman Polanski, Harrison Ford confirme son orientation prise depuis Witness avec des rôles aux caractères singuliers dans des films forts.


On pourrait parler encore de nombreux films. Dans les années 90. il reprend des rôles de héros de films d'action et les années 2000 seront en dents de scie entre apparitions, et échecs successifs puis ce sera le retour aux blockbusters.

On le retrouvera dans un film Marvel en 2024, Captain America: New World Order où il incarne le Gérnéral Thaddeus "Thunderbolt" Ross, il succède au comédien William Hurt, décédé en 2022, qui tenait le rôle entre 2008 et 2021.

La carrière d'Harrison Ford est exemplaire et a permis à ce jeune homme de la classe moyenne de l'époque d'accéder au rêve américain. On souhaite à Harrison Ford encore de longues années et qu'il nous fasse vibrer comme il a su le faire sur le grand écran encore quelques temps.








:






Comments


bottom of page